Une entreprise culturelle pour le « jeune public » créée en période de crise.



Une entreprise culturelle
pour le « jeune public »
créée en période de crise.

Il existait jusqu’à présent un triple Pop sur la France Inter. Le single sort désormais en Mayenne. Doté d’une expérience et d’un goût prononcés pour les musiques actuelles et le jeune public, Eric Fagnot lance son entreprise culturelle en pleine période de Covid. Pop !, est un Projet Ouvertement Partagé au service des associations, collectivités et entreprises. Pop ! est hébergé par la coopérative d’activité et d’emploi Coodem.

L’expérience du Jeune Public

Je suis né il y a 49 ans en Mayenne. J’ai grandi et été scolarisé dans ce département que j’affectionne particulièrement. Titulaire d’un Master « Direction d’équipement et de projet dans le secteur des musiques actuelles », j’ai débuté ma carrière professionnelle en créant un centre d’information et de ressources pour les musiques actuelles aux Ondines, à Changé. Le centre a ensuite déménagé au 6PAR4, lieu géré par l’association Poc Pok et labellisé SMAC depuis 2015. J’ai rejoint l’équipe d’abord sur la partie accompagnement et info ressources, puis sur l’action culturelle. Je me suis vu confier la programmation jeune public et nous avons créé le festival Monte Dans L’Bus. En parallèle, je gérais en collaboration avec la mairie de Laval KidStival, la scène jeune public du festival des 3 Éléphants. En 2018, je suis entré dans une collectivité territoriale où j’ai occupé un poste de coordination culturelle, répondant à un nouveau dispositif lancé par le département de la Mayenne qui visait à travailler en transversalité avec les acteurs culturels, associatifs, sociaux et éducatifs d’une communauté de communes pour aménager un développement culturel croisé. Mon intérêt pour les mômes m’a amené en 2019 chez RAMDAM, un réseau national qui regroupe un ensemble de forces vives engagées dans une réflexion autour d’initiatives innovantes pour un développement durable et créatif de la musique vivante jeune public. Fin août 2020, j’ai décidé de me lancer dans un projet de structure d’entreprenariat culturel.

Une entreprise d’éducation populaire

Je suis dans une démarche de positivité et de coopération. Pop ! renvoie à l’Éducation populaire. C’est une fabrique de projets qui a pour vocation de développer des activités de conseils et de production de projets à destination des acteurs du secteur culturel et associatif. L’offre est généraliste, de l’audit à la production en passant par la programmation ou le travail sur le parcours d’éducation artistique en milieu scolaire.  Ces activités s’adressent aux associations, collectivités et entreprises qui ont des besoins dans la conception, la structuration, la formation, l’accompagnement ou la réalisation de projets de développement culturel. Pop ! est un projet ouvertement partagé, à géométrie variable. A travers cette activité généraliste, je porte une attention particulière au jeune public, mon domaine de prédilection. Je souhaite éveiller et émerveiller ce public très exigeant, ce qui suppose d’être extrêmement pointilleux en termes de création. Beaucoup de choses restent à inventer. Il y a une pluralité de formes qui se croisent (vidéo, danse, musique, théâtre…) et mon ambition est de développer une sorte de permaculture artistique. Je suis dans une phase de prospection. Chaque fois que je converse avec un acteur culturel, il y a forcément une discussion autour de la crise sanitaire. Si cette période inédite bouleverse nos habitudes, elle permet de se poser et de réinventer les projets.

Au sein d’une coopérative d’activité et d’emploi

Je suis accompagné par Coodem, une coopérative d’activité et d’emploi créée en 2003 qui s’appuie sur des valeurs d’économie sociale et solidaire. Le capital humain y est privilégié. La structure, SAS sous statut SCOP (Société Coopérative et Participative) héberge des porteurs et créateurs de petites entreprises, généralistes ou spécialisées (services, artisanat, commerce, service à la personne, bâtiment, …). Coodem gère la partie administrative, fiscale, juridique et comptable, ce qui permet aux porteurs de se concentrer exclusivement sur le développement de leurs activités et de les rendre autonomes à terme. Dans cette SCOP, les entrepreneurs-salariés ont vocation à devenir associés afin de décider ensemble des orientations et d’élire démocratiquement leurs dirigeants. Ce que j’apprécie, c’est que l’argent gagné au cours des missions permet de se salarier. Il n’y a donc pas de démarche capitalistique. Je bénéficie d’un chargé d’accompagnement individuel, ce qui me sécurise et me réconforte dans mon parcours. Mon premier client est aujourd’hui celui qui fut hier mon employeur : Yann Bieuzent, nouveau directeur du 6PAR4, souhaite mettre en avant au cours des 3 prochaines années le projet jeune public musiques actuelles. Il m’a sollicité pour l’accompagner dans cette réflexion. Cette opportunité est un tremplin pour le lancement de Pop !

Article écrit par Bouger en Mayenne